Loading ..   Chargement ...

PronoFootball.com
04-12-2020 - 18:32
2429 joueurs actifs
191 connectés
 Accueil > Forum > Divers > 

POEMES

Loading ..
Rechercher :      -  Recherche avancée
<< PrécédentsPages : 1 2 3 4 5 6 7 8  ..... 20 21 22 23 24 25  Suivants >>

POEMES

Inconnu
Hors ligne


  Posté le 21 Juin 2012 à 12h09 #4583801

Mon chat Mozart

Il est doux et fou , il dort souvent.
Il est mignon et malin je l'aime bien.
Pour moi mon chat c'est plus que ça.
Il connaît mes secrets mes moindres reflets.
Il me câline et se courbe comme une féline.
Quand je joue avec lui il fait le dos rond et sa queue est ronde.
On est souvent sur la même longueur d'onde.
Ses yeux brillant d'un vert transperçant , son miaulement ronronnant quand il est content.
Sa fourrure dense et douce qui sent , l'oiseau ,la paille, mon parfum, la lessive ...
Sa chaleur l'hiver et d'une douceur infinie , qui peut me comprendre mieux que lui?
Mon homme sans doute...


Ce message a été modifié par Inconnu le 21/06/2012 à 12h10

Inconnu
Hors ligne


  Posté le 22 Juin 2012 à 22h06 #4586655

A toi Neto

Tu étais un chien , fidèle a son maître , tu ne vivais que pour lui.
Tu étais un chien de chasse hors repaire pour les faisant tu les trouvé sans être planplan.
Tu étais un chien extraordinaire , tu savais tout de nous si on étais bien ou pas.
Tu étais le chien que n'importe qui pouvais rêvé fidèle , sportif, rigolo .
Pour moi tu étais un chien de cirque on pouvait te faire faire des tours sans que tu bronche.
Tu étais un chien combattant , tu as résisté tellement a ta maladie .
Bientôt les anges vont te prendre dans les bras et tu rejoindra la terre mère .
Au revoir , je me souviendrais toujours de tes bisous sur ma main et quand je séchais ton poil brillant...

Inconnu
Hors ligne


  Posté le 24 Juin 2012 à 20h26 #4590670

Joyeux anniversaire mon homme

J'ai grandi avec toi, toi tu vieillis avec moi.
Je t'accepte depuis toujours, tu me supporte avec amour.
Mon quotidien avec toi je partage cela resserre nos liens.
Tu es l'homme qui m'a sorti de l'enfer de ma maladie qui faisait perdre ma vie.
Je te dois toujours une fière chandelle de m'avoir donné des ailes.
Je veux fêté ton anniversaire , mais je suis si loin en ce moment , la distance m'ai cher.
Je te donnerais tout pour que tu sois heureux , plus jamais malheureux.
Je t'aime à la folie mes beaux yeux d'amour océan de ma vie joyeux anniversaire mon homme
:heart:

Inconnu
Hors ligne


  Posté le 26 Juin 2012 à 23h40 #4595950

Au coeur de la nuit j'ai pensé à lui.
Au coeur de la nuit je me suis enfuie .
Au coeur de la nuit j'avais qu'une envie.
Au coeur de la nuit je suis encore en vie.
Au coeur de la nuit je n'arrive pas à dormir.
Au coeur de la nuit j'entendis un cri.
Au coeur de la nuit j'entendis la vie.
Au coeur de la nuit j'ai ressenti de la folie.
Au coeur de la nuit j'avais chaud .
Au coeur de la nuit je le vois si beau.
Au coeur de la nuit je le lui ai dit.
Au coeur de la nuit je me suis abandonnée sous les étoiles.
Au coeur de la nuit je t'aimais , je t'aime et je t'aimerais .
Au coeur de la nuit je me dévoile...


Inconnu
Hors ligne


  Posté le 03 Juil 2012 à 22h42 #4609895

Victor HUGO (1802-1885)

Je respire où tu palpites,

Je respire où tu palpites,
Tu sais ; à quoi bon, hélas !
Rester là si tu me quittes,
Et vivre si tu t'en vas ?

A quoi bon vivre, étant l'ombre
De cet ange qui s'enfuit ?
A quoi bon, sous le ciel sombre,
N'être plus que de la nuit ?

Je suis la fleur des murailles
Dont avril est le seul bien.
Il suffit que tu t'en ailles
Pour qu'il ne reste plus rien.

Tu m'entoures d'Auréoles;
Te voir est mon seul souci.
Il suffit que tu t'envoles
Pour que je m'envole aussi.

Si tu pars, mon front se penche ;
Mon âme au ciel, son berceau,
Fuira, dans ta main blanche
Tu tiens ce sauvage oiseau.

Que veux-tu que je devienne
Si je n'entends plus ton pas ?
Est-ce ta vie ou la mienne
Qui s'en va ? Je ne sais pas.

Quand mon orage succombe,
J'en reprends dans ton coeur pur ;
Je suis comme la colombe
Qui vient boire au lac d'azur.

L'amour fait comprendre à l'âme
L'univers, salubre et béni ;
Et cette petite flamme
Seule éclaire l'infini

Sans toi, toute la nature
N'est plus qu'un cachot fermé,
Où je vais à l'aventure,
Pâle et n'étant plus aimé.

Sans toi, tout s'effeuille et tombe ;
L'ombre emplit mon noir sourcil ;
Une fête est une tombe,
La patrie est un exil.

Je t'implore et réclame ;
Ne fuis pas loin de mes maux,
O fauvette de mon âme
Qui chantes dans mes rameaux !

De quoi puis-je avoir envie,
De quoi puis-je avoir effroi,
Que ferai-je de la vie
Si tu n'es plus près de moi ?

Tu portes dans la lumière,
Tu portes dans les buissons,
Sur une aile ma prière,
Et sur l'autre mes chansons.

Que dirai-je aux champs que voile
L'inconsolable douleur ?
Que ferai-je de l'étoile ?
Que ferai-je de la fleur ?

Que dirai-je au bois morose
Qu'illuminait ta douceur ?
Que répondrai-je à la rose
Disant : " Où donc est ma soeur ?"

J'en mourrai ; fuis, si tu l'oses.
A quoi bon, jours révolus !
Regarder toutes ces choses
Qu'elle ne regarde plus ?

Que ferai-je de la lyre,
De la vertu, du destin ?
Hélas ! et, sans ton sourire,
Que ferai-je du matin ?

Que ferai-je, seul, farouche,
Sans toi, du jour et des cieux,
De mes baisers sans ta bouche,
Et de mes pleurs sans tes yeux !

Inconnu
Hors ligne


  Posté le 04 Juil 2012 à 21h27 #4611679

A victor
Mon totor c'est mon mentor je l'aime par sa poésie
Sa vie dans la mélodie
Victor c'est la victoire il l'a eu sa vie en grand espoir
Même dans le noir sa vie fut éclairé de vie
Il a perdu sa fille jeune , mais a combattu sa peine
sans aucune haine sans aucune haleine
je l'admire mon totor aux poésie sans tord
Je n'ai pas son français ancien , si beau si câlin
Mais je comprend ce qu'il ressent a cette époque
Où il révolutionne la vie française c'est une lumière qui brille à jamais
Une lumière qui souvent quand je lis ses poèmes me guident et me chevauche
C'était un artiste des mots d'ailleurs , son écriture est toujours vivante
Sa lumière toujours présente


Ce message a été modifié par Inconnu le 04/07/2012 à 23h09

Inconnu
Hors ligne


  Posté le 12 Juil 2012 à 18h21 #4623379

L'amour du mensonge

Quand je te vois passer, ô ma chère indolente,
Au chant des instruments qui se brise au plafond
Suspendant ton allure harmonieuse et lente,
Et promenant l'ennui de ton regard profond ;

Quand je contemple, aux feux du gaz qui le colore,
Ton front pâle, embelli par un morbide attrait,
Où les torches du soir allument une aurore,
Et tes yeux attirants comme ceux d'un portrait,

Je me dis : Qu'elle est belle ! et bizarrement fraîche !
Le souvenir massif, royale et lourde tour,
La couronne, et son coeur, meurtri comme une pêche,
Est mûr, comme son corps, pour le savant amour.

Es-tu le fruit d'automne aux saveurs souveraines ?
Es-tu vase funèbre attendant quelques pleurs,
Parfum qui fait rêver aux oasis lointaines,
Oreiller caressant, ou corbeille de fleurs ?

Je sais qu'il est des yeux, des plus mélancoliques
Qui ne recèlent point de secrets précieux ;
Beaux écrins sans joyaux, médaillons sans reliques,
Plus vides, plus profonds que vous-mêmes, ô Cieux !

Mais ne suffit-il pas que tu sois l'apparence,
Pour réjouir un coeur qui fuit la vérité ?
Qu'importe ta bêtise ou ton indifférence ?
Masque ou décor, salut ! J'adore ta beauté.

Charles Baudelaire

Inconnu
Hors ligne


  Posté le 13 Juil 2012 à 23h06 #4626099

Mystère de l'amour
Ils étaient deux
Deux grands amoureux
Lui est d'Italie
Elle de la France
Une famille réunis , car un même pays les a unis l'Italie.
Origine , de cette jolie fille fine.
C'était une ritournelle chaque jour , l'hirondelle faisait son nid.
Mais l'hirondelle n'y voyait jamais l'amour.
Alors qu'il voyait le jour et l'abandonna lâchement , a cause de sa lenteur.
Elle avait pris peur , la pauvrette alors elle laissa tombé cette amourette.
Lui le bateleur fut triste que cette dernière est laissé son nid et sa vie vide.
Il se disait en lui qui sera mon précieux guide, il voulait encore lire dans ses beaux yeux.
Mais trop tard , il y aura plus d’au revoir langoureux mais que des larmes dans ses yeux.
Il garde un espoir au creux de son aile , de revoir un jour sa belle...


Inconnu
Hors ligne


  Posté le 18 Juil 2012 à 07h47 #4632581

La vieille dame a le visage fané
Marqué par les longues années
Des sillons ont marqué le velouté
De sa belle peau satinée

Un brin fatiguée au premier regard
Chaque ride est un vrai César
Sculptée par le temps passé
Pour son histoire vous raconter

Les yeux plissés par les pattes d'oies
Racontent les expressions de joie
Les joues fripées telle une vieille pomme
Racontent ses voyages en somme

Sa bouche comme drapée tel un tissu
Raconte le chemin parcouru
Si vous prenez la peine d'étudier
Le visage de la vieille dame sillonné

Par ses rides,il raconte tel un atlas
Le chemin d'une vie plein d'aléas
Il suffit de suivre du regard ses sillons
Pour deviner en ce beau labyrinthe

Les joies, les peines et tourbillons
D'une vie c'est la complainte
Vieille dame ton visage est beau
Tu nous transmets doucement le flambeau

Illuminé par ton regard encore vif
Si le nôtre reste bien attentif
Tu seras toujours la plus belle
Dans nos coeurs d'enfants rebelles

Inconnu
Hors ligne


  Posté le 20 Juil 2012 à 20h22 #4636482

Je suis assise dans mon fauteuil
Si triste car tu es partie maintenant
Et, dans le noir, je pleure doucement
Il va me falloir faire le deuil

Tu es partie ma petite maman
Rejoindre l'homme de ta vie
Qui s'en est allé il y un an
Celui avec qui tu as tout bâti

Ce soir blottie dans mon fauteuil
Je regarde les étoiles qui brillent
Il va me falloir faire le deuil
Alors qu'au fond de moi je crie

Quand je pense à vous je me dis
Qu'il faut que je profite de la vie
Je vais rire, danser et chanter
En sachant combien vous m'avez aimée

Bonne route petite maman
Sur le chemin du firmament
Va rejoindre ton amant
Là-bas je suis sûre qu'il t'attend

Au revoir petite maman
Salue papa au passage
Tu le trouveras t'attendant
Là-haut au terme du voyage

Adieu mes parents :cry:

Ce message a été modifié par Inconnu le 20/07/2012 à 20h24

Inconnu
Hors ligne


  Posté le 22 Juil 2012 à 02h38 #4638334

Maintenant devant le notaire il faut aller
Je me disais simple formalité
Mes parents avaient tout prévu, organisé
Mais c'était sans mon frère et ma soeur compter

Nous sommes trois enfants, il suffit de diviser
Me dis-je dans ma jolie tête écervelée
Mais eux n'arrêtent pas de tergiverser
Voulant chacun de l'argent empocher

Près d'eux j'ai grandi, puis me suis éloignée
La vie nous a gentiment éparpillés
Aux quatre coins du pays
Nous avons chacun notre vie bâtie

Séparés depuis des dizaines d'années
Je me réjouissais de les retrouver
Mais c'était sans mon frère et ma soeur compter
Je ne suis décidément qu'une rêveuse écervelée

Ma vie est faite de rêves et de liberté
La leur me paraît bien étriquée
Moi je veux juste rire, chanter et danser
Ecrire en poésies mes secrètes pensées

Eux veulent l'argent du labeur
Amassé par mes parents en sueur
Aucun sentiment là-dedans impliqué
Chacun veut sur l'autre grappiller

Moi, je veux rire, danser et chanter
Rencontrer un vieux fou, m'encanailler
Vivre de poésies, de pensées éthérées
Pendant les trente prochaines années

Qui me restent à dérouler
Car dans ma tête j'ai toujours vingt ans
Certes multipliés par trois maintenant
Alors pourquoi est-ce si difficile par trois de diviser

On me dit, de la vie
Tu n'as toujours rien compris
Moi je vis en vers , en poésie
Et trouve que j'ai bien réussi

Une carrière scientifique
Dans la dure réalité médicale
Ce n'est bien sûr pas mirifique
Mais quelles relations idéales

J'ai le droit de rêver maintenant
Il ne me reste que trente ans
Alors sans ternir mon image
Je vogue vers d'autres rivages

De petite fourmi laborieuse auparavant
Je veux être l'éclatante cigale
Je veux rire, chanter et danser maintenant
Jusqu'au coup de sifflet final

Inconnu
Hors ligne


  Posté le 22 Juil 2012 à 21h32 #4639554

Je me pare de fard à paupière et je fais ma prière
Avant l'heure venu de la mise à mort de mon coeur
Car si il est d'or et déjà dans ses mains j'essaye de lui échappé petit à petit.
Je ne veux pas être à nouveau sa victime , me laissé a ses pensées.
Je vais pas lui laissé passé cette nouvelle chance , lui laissé jouer de ses filets.
Je vais lui dire au revoir et lui laissé tout ce qu'il a pu me donner.
Une dernière nuit et me voilà devant lui , j'aimerais lui dire ce que j'ai pensé pendant ses heures passé a me torturé.
Mais c'était de trop pour moi et voilà encore abandonné pas dans ses bras cette fois , je l'ai laissé rêvassé imaginé cette fois ci , je me suis envolé avant la ronde .
Avant que le tonnerre gronde encore une fois , j'ai su dire non , je sais que je suis sa passion, qu'il ne peut m'oublier , que je suis sa déesse , sa princesse , mais fallait que ça cesse , j'ai déjà quelqu'un qui m'a donné l'âme d'une poétesse et je l'aime que celui ci avec ses caresses pas très tendresse , il m'a fait vibré qu'une fois , et plus jamais je serais à lui je dit non a tout ce qu'il peut pensé je préfère que pour lui je sois un fantasme , un fantôme , un rêve , moi je préfère être sa trêve.


Inconnu
Hors ligne


  Posté le 26 Juil 2012 à 14h23 #4646357

Ils étaient deux âmes perdues.
Au bout du monde.
Et pourtant ...
Tout les rapprochés
Comme si leur vie
Étaient réglée
Comme du papier à musique
L'un était cynique
L'autre poétique
Que ce fut chaotique
Lors de l'aube
Où leurs âmes
se rencontrèrent
Et que lune eu un frère...


Inconnu
Hors ligne


  Posté le 10 Aou 2012 à 21h44 #4671924

Une odeur celle de la mer , celle que j'ai quitté pour plus qu'un été.
Elle va me manquer , mais ma chère mer m'a donné ses poissons à la volée.
J'en ferais une merveille lui ai je promis et me voilà a avoir se permis.
Le soleil brille en cette matinée que même la rosée a du séchée.
Il me brûle les yeux , mais j'apprécie.
Puis me voilà devant les merveilles , a les vendre un par un ou bien par centaines.
Un sourire , un échange, une discutions, voilà que d'émotions en ce jour là.
Je suis comme une actrice rentrant dans son théâtre pour jouer sa pièce par cent fois pour répéter.
Et me voilà fin prête , plus de voix chevrotante , une voix d'éclat qui surprend , qui dynamise la matinée.
Et me voilà adopté, voilà c'est décidé ce sera surement mon métier , vendre des poissons morts pour les mangés entre amis ou non , pour se faire plaisir au palet a défaut de pouvoir les cuisinés.
Me voilà poissonnière depuis aujourd'hui et je n'en ai pas fini.
Un plaisir infini et peut être pour toute ma vie , ma passion la nature l'aventure.
Je suis curieuse et rieuse


Inconnu
Hors ligne


  Posté le 11 Aou 2012 à 20h41 #4673301

Ce matin là était étrange , je vais jusqu'au pont , et au pont de drôle de feuillages sont par terre.
Hors ceci n'est point du feuillage mais des milliers d'insectes morts aux grandes ailes.
Le soleil est perçant, brillant , j'hume l'odeur du matin l'herbe mouillée, les bouleaux , les fleurs, la terre humide , le goudron.
Je vois des canards si mignon, je guette le héron , mais cette fois si il ne plongera pas manger ses poissons.
L'air frais était si bon , le vent caressé mon visage .
Je marchais d'un pas ferme , et me demandé comment serais ma journée.
Comment elle allait tournée , je rêvais éveillée que je puisse me baignée au soleil , profité d'une paye , que ma chance serait encore mieux et que je revoyais ses yeux , mais je ne peux que lui dire adieu , elle est loin dans les cieux ...


Roro3402
Hors ligne


  Posté le 11 Aou 2012 à 21h18 #4673375

Salut à vous, allez un petit poème.

" Coquelicots de mes nuits ,
Coquelicots de mes pensées
Cette fleur si douce au touché ,
Comme ta peau elle luit ,
cette fleur si tendre au couché ,
Comme toi elle enchante ma vie .

Mélanie .B "

Inconnu
Hors ligne


  Posté le 22 Aou 2012 à 18h55 #4694800

Mon coeur palpite de frayeur quand je vois ma terreur.
Grande , corpulente , au regard de tueur , elle me fusille le coeur.
Rien que de la croisé me file des torpeurs , pire de la tétanie.
La voir je n'en ai pas envie , elle me fiche la chair de poule.
Et pourtant , elle n'est pas méchante , ni criante , mais avec moi je la sent pas aimante.
Je fuis son regard , j'essaye de fuir avant qu'il se fasse tard et qu'elle me tue du regard.
Il y a un je ne sais quoi , qui fait que je suis parfois même paralysée , un jour je mourrais foudroyée!
Mon coeur va s'arrêter net et mon corps verra giser à l'aurore.
Personne ne s’épanchera vers moi avant , le firmament .
Et ma mort fera pleuré mes mamans...


Inconnu
Hors ligne


  Posté le 26 Aou 2012 à 19h50 #4705567

Revoir se visage m'affole , je crois devenir folle , le passé refait surface.
Et ce n'est que sa trace qui ne s'efface, l'avoir en face à face c'est comme si on me tué sur place.
Grace soit faite s'il vous plaît , qu'il se casse plus qu'a reculons.
Ceci n'est pas la question, mais les réponses a mes inquiétudes , pire ma solitude.
Lui dire , je ne pourrais que le lui écrire et encore , je ne veux pas que mon trésor soit chambouler.
Je ferais face à lui quoi qu'il arrive et ce que j'apprend , j'espère que ces mots ne ment.
Il a été mon amant , un moment , mais me dire la vérité , je n'y consent .
Il ne saura mon secret bien enterré , saurais-je encore l'aimé?
Un ami? Je ne sais...


Ce message a été modifié par Inconnu le 26/08/2012 à 19h51

Inconnu
Hors ligne


  Posté le 29 Aou 2012 à 19h14 #4715699

Mille couleur , explosent devant moi , un arc en ciel , non mieux un feu d'artifice.
La lumière blanche et pure traverse le ciel , mes yeux et mon cerveau.
C'est tellement beau! Malgré le bruit et la fumée, éparses dans l'air, on se sent transporté envolé dans un rêve.
Un rêve qui pour nous dure une éternité , alors que le feu ardent , fini au bout d'un quart d'heure ou bien une heure.
Un pur bonheur , enfants et parents y trouvent , leurs coeurs , leurs âmes.
Crame , la poudre colorée , fusent les illusions perdues.
A mille nues , les oiseaux se demandent ce qu'il se passe , et voilà qu'un Cygne fait face à la lumière.
Son ombre se détache a travers le nuage de fumée, pas concerné il amuse quand même les spectateurs ébahis, par ce qu'il se présente.
Les tendres amants se bécotent , et les enfants grelottes , car déjà allumé le feu s'est terminer.
Tout le monde repars avec se charmant souvenir et les enfants tout sourire.


Ce message a été modifié par Inconnu le 29/08/2012 à 19h15

Philippegdb
Hors ligne


  Posté le 06 Sep 2012 à 10h28 #4736645

Elles courent dans ma tête,
sans s'arrêter comme le feu sur une allumette,
On dirait qu'elles me guettent,
pour que je sois leur marionnette.
D'abord toutes gentillettes,
elles peuvent se muer en affreuses bêtes.
De temps en temps une s'arrête,
dans le miroir elle se reflète,
toujours la même silhouette,
le même visage, la même facette.
Ce n'est qu'une pensée certes,
mais autrefois elle engendrait la joie, la fête.
Le temps surement apaisera mes tempêtes
pour retrouver enfin cette moitié qui me complète …

Inconnu
Hors ligne


  Posté le 09 Sep 2012 à 19h26 #4743872

Toi , tu sais des choses , que moi même je ne sais pas.
Sur moi le pire est la , tu lis en moi, quelle étrange échange n'est ce pas?
Je sais ta peine qui est mienne , sans même l'avoir connu.
On est mise à nue , peu à peu , sans même s'effleuré un cheveu.
Tu es étrange à la fois mystique , romantique , on ne se complète pas on se reflète.
Tel un miroir d'espoir , coïncidence , ou réelle naissance d'une nouvelle famille, qui se rapproche du mille.
Tel est la question , une supposition de plus dans l'arbre des gènes mais où est ce fichu chêne?
On aimerais savoir où est cette branche qui nous amène a tout cela .
Mais , elle est perdue à tout jamais c'est à nous de la reconstruire peu à peu .
Alors s'efface , la surface du doute , et nous suivons notre route , qui nous conduira à la vérité.


Inconnu
Hors ligne


  Posté le 11 Sep 2012 à 12h29 #4747389

Hommage

Ce jour là n'est pas commun, il y a déjà 11 ans de cela ,mais ceci n'est pas parti de nos mémoires.
L'espoir c'était le mot qui prôné dans les bouches des familles à qui leur enfants ou tout être cher lui a pris cette horreur.
La peur on l'a vu sur les visages pendant des années même encore au jour d'aujourd'hui , les gens se méfient..
Les gens fuient quand l'alerte a la bombe est suspecté, la terreur il l'a sème encore.
On se souvient de ce bruit de cette fumée , des gens qui tombé de cet étage pour fuir d'être brûlé vif par les flammes déclarée de l'enfer.
Car l'enfer les pompiers l'ont vu , pourtant dieu sait qu'ils en ont vu d'autre mais pas aussi violent et imminent.
Ils en ont donné leurs vies pour en sauvé d'autres.
Ce qu'on espère de tout notre coeur que l'on soit Américain ou pas c'est que cela ne se reproduise jamais...


Inconnu
Hors ligne


  Posté le 13 Sep 2012 à 19h44 #4752285

La plus grande richesse , ce n'est pas l'argent ni le pouvoir, c'est le savoir:
Savoir aimé une personne c'est tendresse avec une personne âgée vous pouvez papoter des heures sans les voir passés.
Savoir donner , peut être pas forcément quelque chose de grand mais pour la personne c'est important.
Savoir souffrir et guérir pour avoir un sourire c'est le meilleur allié pour continuer a travailler et a marcher.
Savoir transmettre ce que l'on connaît , sa passion ce que on aime le plus ,le partager au monde entier.
Savoir vivre ce mot que certaines personnes ne connaît plus , mais que nos sages connaissent bien et fait du bien , c'est ça une communauté vivre sans se gêner.
Savoir pensé , pensé bien pour nous et les autres pour leur donner des conseils , que dans leurs têtes le soleil rayonne.
Savoir chercher tout ce qui tracasse ses gens qui courent vers l'argent que vers des gens des humains ils aiment les machines , mais elle ne sont ni divine ni fine , elle ne donneront jamais ce qu'est l'humain quand il est très sain...


Ce message a été modifié par Inconnu le 13/09/2012 à 19h45

Inconnu
Hors ligne


  Posté le 15 Sep 2012 à 20h16 #4756982

Ou est l'amour?
Dans mon coeur , dans ma vie , dans ma pensée.
Toi ou tu le vois ?
Dans tes yeux , dans tes cheveux ,dans ton parfum , dans ton sourire, dans ton rire.
Tu sais je t'aime plus que tout , mon amour est là au creux de toi cherche le , il est vraiment pas loin.
Il respire a coté de toi quand ton sourire resplendi en moi , si pétillant si brillant si excitant.
Je t'aime comme l'océan berce les poissons et les enfants s'y baignant.
Je t'aime comme si l'univers était à toi , mon homme tu sera toujours , personne n'y prendra ta place.
Si tu crois encore que je ne t'aime pas c'est que je suis pas ton or , mon oiseau de soleil
:heart:

Inconnu
Hors ligne


  Posté le 23 Sep 2012 à 18h52 #4775288

Ses ailes , ses yeux, son doux chant , Son plumage brillant.
Il me regarde bien vaillant , son poitrail bien saillant .
Fier , de ses yeux de feu me dit regarde moi comme je suis beau.
J'aimerais le caressé , le touché , mais il est dans une vitrine et moi dehors.
Je me dit , plus tard j'aurais le même , il pourra me parler quand la solitude viendra s'installer.
Ce n'est peut être pas le meilleur ami de l'homme , mais c'est la meilleure compagnie de notre vie.
Les jours où notre coeur sera en pluie , lui il l'illuminera de son rayon de soleil , ce n'est peut être pas le sourire d'un être aimé , mais c'est un coup de langue qui dit aller relève toi je t'aime ne sois pas triste.
Il veille tel un garde , le premier qui entre l'alarme de son bec retentira , et toi tu te lèvera pour voir ce qu'il se passe.
En liberté , il sais se faire passé pour soldat et te défendra quoi qu'il adviendra.
Perroquet tu es , modeste peut être , mais tu n'es pas que paraître.
Tu es un animal de compagnie a part entière.


Inconnu
Hors ligne


  Posté le 24 Sep 2012 à 21h36 #4778133

Il bombé son torse , comme un mâle lion fier.
De son regard de fer me fixé , comme une proie je restais figé.
Hypnotisé par ses yeux verts amande et son or autour de son iris.
Son parfum qui m'attiré , l'appel du lion ce jour là avait sonné.
Il m'a entraîné dans ses repères ,dans sa fourrure douce et parfumée.
Il m'a piégé comme une vulgaire mouche dans ses filets.
J'étais plus qu'attiré je me vidais en lui , cette chose mystique qui coule dans mes veines.
Il l'a aspiré tel un venin et lui m'a donné le sien.
Je plané tel un accro a la Marie Jeanne , il voyait ma peine, il a effacé ma haine.
M'a donné de l'haleine , le courage d'affronté la vérité en face , oui une bonne claque dans ma face.
L'amour est aveugle, l'amour donne des ailes , mais l'amour n'a pas d'odeur ni de peur.
J'ai passé mon temps a chercher qui j'étais , et peu à peu en lui je l'ai découvert , je me suis blessée à découvert.
Moi voilà dans ses yeux verts , je me perds, mais lui m'a donné le repaire de ma vérité.


Inconnu
Hors ligne


  Posté le 25 Sep 2012 à 17h27 #4779961

Elle a vingt ans aujourd'hui notre belle poétesse
Une vie devant elle, pleine de promesses
Avec Fredo un grand amour partagé
Par lui, elle se laisse tendrement guidée

Sur le chemin de leur jeune vie
De pétales de roses, il trace le chemin
De sa belle, il est fort épris
Avec délicatesse il lui prend la main

A vingt ans fleurissent les roses
Profite jeune fille de ta jeunesse
Si tu es quelquefois tigresse
Fais une toute petite pause

L'amour de ton bel ami Fredo
De la vie est un joli cadeau
Profite jolie jeune fille en fleur
De ton bel Hidalgo, ton bonheur

Joyeux anniversaire Lili
Embrasse ton Roméo
Filez le parfait amour
Vous êtes bien assortis
Du glamour et de l'humour
Et bien sûr des pronos. :lol:

Inconnu
Hors ligne


  Posté le 29 Sep 2012 à 22h14 #4791168

Ses poils doux et brillant,c'est charmant et élégant.
Ses pattes entoure mon cou en guise d'un câlin fou.
C'est fou oui,l'amour d'un chat a une inconnue,c'est peu connu ,c'est ingénu.
Pourtant son seul but étant de le caresser ,elle récolte un câlin ,plus qu'opportun .
Elle en récolta plus d'un , ceci est fin et simple mais ça lui fait du bien.
Leurs odeurs dans leurs pelages lui donne son bonheur


Inconnu
Hors ligne


  Posté le 04 Oct 2012 à 15h15 #4802924

Mes états d'âmes:
Il y a un manque , un manque d'amour dans mon coeur , chaque jour les heures s'égraines et je traîne toujours cette peine , je ne sais que faire de tout cet amour qui déborde en moi , je le partage et pourtant il est toujours là pourquoi?


Son sourire , son rire , elle et son coeur en or un arc en ciel de bonheur , la retrouver a chaque fois , c'est comme me retrouver en phase avec moi même , c'est une amie , une confidente , la plus forte que je connais , s'apprécier apprendre de soi même , c'est si différent de ce que j'ai pu connaître , être ce que l'on est sans changer...

Je suis perdue dans ce monde de fou, que faire pour ne pas le devenir , sourire on le fait tous et pourtant ça ne change pas , on nous torture tous sous une pressure , avec pleins de blessures plus ou moins ouverte, on veux les pansées mais c'est pas encore ça, beaucoup on choisi de finir moisi six pieds sous terre histoire qu'ils ou elles ai peu souffert, ici on croit que c'est l'enfer mais l'enfer c'est de laisser , ceux qu'on a aimer.

C'est comme un sceau de larmes géant dans mon coeur parfois ça déborde je sais pas quoi faire de toute cette eau salée , pour le peu qu'on m'ai aimé , un jour ou une année , j'ai été délaissé assez dans ma vie , j'ai vécue a être seule , délit de sale gueule dès le primaire c'était pas la fin de mon enfer crois moi ça ma suivi peut être jusqu’à la fin de ma vie?

Inconnu
Hors ligne


  Posté le 10 Oct 2012 à 21h32 #4816985

Une larme, juste une ,unique
Comme moi je le suis , par ma compassion , ma passion d'aimer.
Aimer les gens , c'est ce que j'entend chaque jour , et toujours passé dans mon coeur.
J'ai peur , justement de perdre cet amour que l'on me donne parfois.
Je crois que ces personnes m'oublie , mais pour eux je suis leur seule vie
Cet espace vide qui se remplie de vie , de sourire , de rire, de visage.
Mais parfois mon coeur ne reçoit pas cet immense amour et cette unique larme revient encore et encore , cette larme aussi grande que mon corps.
Et je marche seule dans la forêt , pour chercher une odeur qu'aime mon coeur
la terre humide, le pin , les feuilles mortes , les plumes d'oiseaux des senteurs si uniques soient-elles , ça ne s'explique pas ce que je ressent quand je les sent , c'est si bon , beau .
C'est mon monde , la nature il ya rien de plus pur que ça , ça ne ment pas c'est réel et féerique
C'est fantastique , surement pas autant que la vie qui arrive sur terre , mais moi ça me relève de mes envies de six pieds sous terre...


<< PrécédentsPages : 1 2 3 4 5 6 7 8  ..... 20 21 22 23 24 25  Suivants >>

>> Retour à la liste des sujets  |  Retour en haut de la page

Poster un nouveau message

Afin de pouvoir poster des messages dans le forum vous devez être identifié.