Loading ..   Chargement ...

PronoFootball.com
19-01-2021 - 15:58
2470 joueurs actifs
131 connectés
 Accueil > Forum > Jeux > 

ART ET CULTURE

Loading ..
Rechercher :      -  Recherche avancée
<< PrécédentsPages : 1 2 3 4 5 6  ..... 36 37 38 39 40 41  

ART ET CULTURE

Robaud56
En ligne


  Posté le 10 Jan 2021 à 17h03 #8861108

Jeunes Filles au piano

Denis42
Hors ligne


  Posté le 10 Jan 2021 à 17h16 #8861114

"Jeunes filles au piano" d'Auguste Renoir

Kael60
Hors ligne


  Posté le 10 Jan 2021 à 18h35 #8861183

Jeunes filles au piano

Kleber
Modérateur
En ligne


  Posté le 10 Jan 2021 à 20h28 #8861277

Jeunes filles au piano

Megannie
Hors ligne


  Posté le 10 Jan 2021 à 20h51 #8861307

 img https://zupimages.net/up/21/01/49yj.png /img

Jeunes filles au piano

Huile sur toile (116 x 90 cm) d'Auguste Renoir réalisé en 1892 pendant sa période dite nacrée (1890-1897). Il est conservé au musée d'Orsay à Paris.

Description
Le tableau représente une scène familiale : deux jeunes filles jouant du piano. Les deux jeunes filles ont déjà le corps charnel des femmes que Renoir aimait peindre. Cette toile n'est plus du pur impressionnisme mais on n'y retrouve plus les traits de pinceau précis de la période "sèche" ou "ingresque". Les vêtements des filles n'ont pas été embellis, d'où le caractère plus réel de la toile.
Renoir exprime, au travers de sa peinture, cet amour de la femme et de la jeunesse qui lui est particulière. Il disait d’ailleurs que les modèles étaient essentiels à son inspiration : « Je ne pourrais me passer d’un modèle. Même si je le regarde à peine, il m’est indispensable pour me beurrer les yeux. J’adore peindre une gorge, les plis d’un ventre. Je ne pelote qu’ainsi ». Sa manière de peindre les chevelures, les robes, les carnations nacrées et pleines de vie des jeunes femmes traduit son affection pour les modèles.
Ici, abandonnant le style linéaire, le peintre adopte une facture plus souple et onctueuse avec plus de fluidité et des effets de transparence.
Cette évolution de Renoir, qui approche la cinquantaine, est aussi due au fait suivant, d'après André Lhote : « Il s'aperçut en effet, à cette époque, que ses œuvres de jeunesse se craquelaient et que les tons s'altéraient. Il surveilla donc ses mélanges, qu'il réduisit, comme Rubens, au minimum, et se contenta d'une couche mince et unique ».

Composition
L’espace est très limité et articulé par un grand rideau à passementeries.

Devant le rideau, le premier plan est occupé par trois personnages : les deux jeunes filles et le piano. Le cadrage est serré. Le dessin est net et précis. L’ensemble cohérent.

Derrière le rideau, l’arrière-plan est flouté. À l’arrière-plan, le décor est davantage suggéré que décrit. On distingue des cadres dorés. Renoir dissout les formes dans un nuage de couleurs et fait, ainsi, ressortir le premier plan.

Sur le rideau, le travail du drapé est un jeu de lumière et de couleur.
Au premier plan, le dessin ferme et souple définit clairement les figures. Le peintre utilise des petites touches longues et de légères superpositions de couches pour concilier le dessin et la couleur. La matière est lisse. Les couleurs sont franches, à peine modulées. Les blancs, rouges, bleus et jaunes renforcent l’impression de chaleur et de douceur.

Renoir ne différencie pas les matières, il peint les rideaux, le piano, les robes, les fleurs, les chairs, les cheveux avec une précision égale. Il vivifie la forme par la couleur. Renoir disait : « je veux un rouge qui soit sonore, qui sonne comme une cloche, si je ne l’obtiens pas, j’ajoute plus de rouge ou d’autres couleurs jusqu’à ce que je l’attrape ».

Jeunes filles au piano est emblématique de sa période nacrée : les couleurs sont lumineuses mais, pastel.

Cette œuvre a été réalisée de cinq ou six manières différentes, car Renoir savait que l'État Français souhaitait faire un achat. C'est grâce à Jeunes filles au piano que le peintre est enfin reconnu.

Ce tableau marque le début de sa reconnaissance

 img https://zupimages.net/up/21/01/dop1.png /img

Ce message a été modifié par Megannie le 10/01/2021 à 20h53

Megannie
Hors ligne


  Posté le 12 Jan 2021 à 18h12 #8862777

Edition 3

Image n° 23 : une sculpture

Détail 1


 img https://zupimages.net/up/21/02/naon.png /img

Robaud56
En ligne


  Posté le 12 Jan 2021 à 18h28 #8862787

Le Colosse de l'Apennin

Henry83
Hors ligne


  Posté le 12 Jan 2021 à 18h30 #8862790

Le Colosse de l'Apennin

Denis42
Hors ligne


  Posté le 12 Jan 2021 à 20h03 #8862872

Le Colosse de l'Apennin

Kael60
Hors ligne


  Posté le 13 Jan 2021 à 08h02 #8863230

Le colosse de l'Apennin

Megannie
Hors ligne


  Posté le 14 Jan 2021 à 15h01 #8864326

Je vais clôturer

Megannie
Hors ligne


  Posté le 14 Jan 2021 à 15h12 #8864333

 img https://zupimages.net/up/21/02/3yw5.png /img

Le colosse de l'Apennin

C’est une sculpture monumentale construite de 1579 à 1583 par le sculpteur flamand Jean Bologne (1529-1608 ). Elle est sise dans un parc de la localité de Pratolino, à 12 km au nord de Florence, en Toscane (Italie).
La domaine de Pratolino a été classé au patrimoine mondial de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) en 2013.
La sculpture est une commande des Médicis, En ce temps-là, on l’appelait « Le parc des merveilles », il est toujours l'un des plus grands de Toscane (trente hectares).
Taillé dans la roche, le colosse de l'Apennin, haut de 14 mètres, représente selon certaines sources le dieu romain Jupiter, et selon d'autres, le dieu des montagnes - les Apennins étant toutes proches - dont il symboliserait la rudesse (voir les stalactites dans la barbe et les cheveux).

Caractéristiques
Le colosse se trouve au centre du parc, au milieu d'un bassin dans lequel on pêchait autrefois. Ce bassin était jadis bordé de deux rampes de pierre en forme de demi-cercle. Il était situé à l'arrière du palais d'origine, qui était une zone de forêts.
Taillé dans le roc et surplombant l'étendue d'eau, le colosse a été construit en deux parties : le personnage, et la montagne artificielle dans laquelle il était niché. Niche et montagne ont été détruites à la fin du XVIIe siècle.
Le géant de pierre semblait autrefois émerger de la montagne ; aujourd’hui, il semble sorti de la forêt. Derrière ses épaules, se trouvait jadis un grand labyrinthe de lauriers, et devant lui s'étendait une vaste pelouse bordée de vingt-six sculptures antiques aujourd’hui disparues ou volées.
La statue a été savamment recouverte d'enduit (stuc et autres) imitant la boue et les algues, et des stalactites (Cette « peau » était peinte à l'origine), pour suggérer que Jupiter vient tout juste d'émerger de l'étang. Et de fait, à l'origine, le système hydraulique faisait ruisseler de l'eau sur le corps du colosse, eau qui retombait dans le lac. L'effet produit devait être grandiose.
Restauré en février 2015 après trois années de travaux, l'on peut à nouveau voir le flux d'eau qui jaillit de la gueule ouverte du monstre marin qu'écrase Jupiter de sa main. L'espace vide creusé dans la tête du monstre devait, dit-on, contenir une cheminée qui, une fois allumée, dégagerait de la fumée à travers les narines de la bête ; pour cette raison, certains identifient le monstre comme étant un dragon. Au XVIe siècle, une sculpture de dragon, justement, est ajoutée par Giovani Battista Foggini au sommet d'une grotte creusée dans le dos du géant (son accès est aujourd'hui fermé par une grille).

Une sculpture pleine de surprises
Le colosse de l'Apennin est plus sophistiqué et élaboré qu'il n'y paraît :
Un réseau hydraulique complexe et ingénieux créé par un ingénieur prend naissance dans les entrailles du géant et distribue l'eau dans tout le parc via des canalisations cachées qui alimentant fontaines, grottes artificielles et bassins du domaine. La tête du colosse communiquait ainsi avec les diverses sources d'eau contenues dans le corps, assurant le fonctionnement des fontaines et des jeux d'eau sonores qui se trouvaient à l'intérieur du colosse.
L'intérieur de la sculpture est en effet creusé de plusieurs petites chambres communicantes (ayant l’aspect de grottes) sur trois niveaux : à la base, vers le ventre et dans la tête. Elles sont éclairées par la lumière du jour qui filtre à travers les fentes des yeux et des oreilles. Deux pièces au second étage : la grotte de Thétis qui communiquait avec une pièce plus petite décorée de fresques sur le thème de l'extraction des minerais.
Dans la grotte de Thétis, la plus grande des chambres du deuxième niveau, une fontaine imposante occupait quasiment tout l'espace : la vasque s'élevait depuis un bassin octogonal avec des coquillages et des nacres, et lançait des jets d'eau vers le haut. Une statue de la nymphe marine Thétis, faite entièrement de divers coquillages, était assise à son sommet ; l'eau jaillissait tout autour d'elle.
Au-dessus de la grotte de Thétis, une salle dont la fontaine centrale était ornée d’une (vraie) grande branche de corail, communiquait par un couloir et quelques marches à la petite chambre située dans la tête du géant
Dans ces chambres/grottes, il y avait également des jeux d'eau dits « de plaisanterie » : lorsque des visiteurs entraient dans une chambre, des fontainiers activaient des robinets secrets à l’extérieur de la statue, ce qui avait pour effet de produire une pluie qui se mettait à tomber de la voûte et mouillait les visiteurs, qui partaient en courant.
Ces chambres sont aujourd'hui ouvertes au public : le visiteur y accède par l'escalier d'origine creusé dans la roche située dans la chambre hexagonale du bas, et qui conduit jusque dans la chambre située dans la tête du colosse. Dès les débuts, la tête avait la fonction de belvédère9 et de salle pour orchestre ; elle était suffisamment grande pour accueillir une dizaine de personnes.
Le réalisme impressionnant du colosse de l'Apennin lui a valu d'être, dès l'origine, la principale attraction du parc. Une très vielle rime italienne dit : « Giambologna fit l'Appennino / mais il regretta de l'avoir fait au Pratolino » , signifiant par-là que si l’œuvre avait réalisée à Florence ou dans toute autre grande ville, plutôt que dans les bois d'un parc immense à la périphérie, elle aurait été l'une des sculptures les plus spectaculaires du monde.

 img https://zupimages.net/up/21/02/vvn7.png /img

Ce message a été modifié par Megannie le 14/01/2021 à 15h12

Kael60
Hors ligne


  Posté le 14 Jan 2021 à 15h46 #8864360

C'est énorme :shock:

Megannie
Hors ligne


  Posté le 17 Jan 2021 à 19h26 #8867162

Edition 3

Image n° 24 : un monument

Détail 1


 img https://zupimages.net/up/21/02/qvpu.png /img

Denis42
Hors ligne


  Posté le 17 Jan 2021 à 19h40 #8867175

"Le palais des vents" à Jaipur en Inde

Robaud56
En ligne


  Posté le 17 Jan 2021 à 20h26 #8867226

Le Palais des Vents

Henry83
Hors ligne


  Posté le 17 Jan 2021 à 20h26 #8867229

"Le palais des vents" à Jaipur en Inde

Filou79
Hors ligne


  Posté le 17 Jan 2021 à 20h27 #8867231

Le palais des vents

Kleber
Modérateur
En ligne


  Posté le 17 Jan 2021 à 21h08 #8867286

Le Palais des Vents

Megannie
Hors ligne


  Posté le 17 Jan 2021 à 21h53 #8867357

 img https://zupimages.net/up/21/02/0ybz.png /img

Palais des vents

Le palais des vents (Hawa Mahal) est un bâtiment construit à la fin du XVIIIe siècle à Jaipur, capitale du Rajasthan en Inde. Il est considéré comme l'une des merveilles de l'architecture radjpoute.
Construit en grès rouge et rose, le palais se trouve en bordure du City Palace de Jaipur et s'étend jusqu'au harem royal.

Histoire
Le palais a été construit en 1799 par le mahârâja Sawâi Pratap Singh qui avait été impressionné par la structure unique du Khetri Mahal (en) connu également sous le nom de « palais des vents » de Jhunjhunu, une autre ville du Rajasthan. Le palais des vents avait pour réputation d'être le lieu favori du maharaja Jai Singh III.
L'édifice a été conçu par l'architecte Lal Chand Ustad sur le modèle de la couronne de Krishna, le dieu hindou.
En 2006, des travaux de restauration et de rénovation du palais ont été entrepris, après une interruption de 50 ans, pour rajeunir le monument. Le coût des travaux a été estimé à 4 568 millions de roupies. Pour ce faire, il a été fait appel au mécénat d'entreprises indiennes.
L'édifice est maintenu par le département archéologique du Gouvernement du Rajasthan.

Description
Le palais est un monument en forme de pyramide de cinq étages qui s'élève à 15 m. Les trois premiers étages de la structure ont la largeur d'une seule pièce, tandis que les premier et deuxième étages ont des balcons en plus.
Son unique façade de cinq étages s'apparente au nid d'abeille d'une ruche avec ses multiples Jharokhâ décorées de treillis complexes, les jalis de pierre et - paraît-il - de 953 petites fenêtres à volets de bois.
L'intention initiale était de permettre aux dames du harem royal d'observer la vie quotidienne dans la rue en dessous sans être vues, car elles devaient obéir strictement à la pratique du « purdah ». Loggias, niches, alvéoles, autant de petits lieux où les femmes du zenana (harem hindou) pouvaient se poser pour contempler la rue depuis leur prison dorée. Ces claustras finement sculptées, permettaient également par effet venturi à un air relativement plus frais de circuler à travers l'édifice pendant les étés torrides de cette région.

La façade semble être composé d'une multitude d'oriels semi-octogonaux (13 pour chacun des 4 premiers étages et 9 pour le dernier), donnant au monument son cachet unique. La face intérieure à l'arrière du bâtiment se compose de pièces utilitaires avec des piliers, des couloirs et une décoration minimale jusqu'en haut. Les pièces sont de simples salles de marbres de différentes couleurs, égayées par des panneaux incrustés ou de la dorure, tandis que des fontaines ornent le centre de la cour. Les deux étages supérieurs sont accessibles par des plans inclinés.
L'entrée au palais des vents du côté du palais du maharadja se fait par une porte réservée à la suite royale à partir d'une grande cour (aujourd'hui cours du Musée archéologique), bordée de bâtiments à étages sur trois côtés, le palais des vents étant à l'est.
Beaucoup se contentent de la façade extérieure, et c’est dommage, car l’intérieur a un charme certain. Bien sûr, on a une impression de vide et de pauvreté, mais c’est la comparaison avec la façade emblématique qui augmente ce sentiment.. Il se compose de pièces utilitaires avec des piliers, des couloirs et une décoration minimale jusqu’en haut. Les pièces sont de simples salles de marbres de différentes couleurs, égayées par des panneaux incrustés ou de la dorure, tandis que des fontaines ornent le centre de la cour. C’est en fait un labyrinthe, plein de petits escaliers, passages secrets, et autres recoins…

 img https://zupimages.net/up/21/02/vviv.png /img

 img https://zupimages.net/up/21/02/pxcx.png /img

Ce message a été modifié par Megannie le 17/01/2021 à 22h03
<< PrécédentsPages : 1 2 3 4 5 6  ..... 36 37 38 39 40 41  

>> Retour à la liste des sujets  |  Retour en haut de la page

Poster un nouveau message

Afin de pouvoir poster des messages dans le forum vous devez être identifié.